Ce site utilise des cookies. Pour les accepter, fermer ce bandeau. En savoir plus sur les cookies.

X

●●● Le Bio, C'est quoi ?

 Labels / Certifications

La certification AB (pour Agriculture Biologique) répond à certaines normes réglementées par la commission européenne. Tout agriculteur qui souhaiterait obtenir ce certificat doit respecter les  règles imposées par les lois européennes et françaises. Ils sont alors soumis au contrôle d'organismes agréés qui se chargent de vérifier que toutes les normes ont bien été respectées, de la production à la commercialisation des produits. En France, ces organismes de contrôle sont Ecocert, le plus répandu, mais aussi Agrocert, Aclave, Certipaq, Ulase ou Qualité France. Ils sont agrégés par le Ministère de l’agriculture. Parmi les règles auxquelles sont soumises les produits jouissant de la certification AB, la principale est bien-sûr celle liée aux additifs chimiques phytosanitaires,  qui doivent être totalement exclus dans le traitement du champ agricole. En outre, le produit doit aussi répondre à des pratiques d’élevage respectueuses de l’environnement et du bien-être animal.

Suite à l’harmonisation des réglementations nationales au sein de l’Union Européenne, la certification européenne de l’agriculture biologique repose sur les mêmes fondements et critères d’éligibilité. Le label français répond donc aux directives européennes et par conséquent, dans la plupart des cas, un produit certifié AB français l’est aussi au niveau européen. C’est la raison pour laquelle vous verrez souvent les deux logos, l’acronyme AB et la feuille étoilée, côte à côte.

La certification Demeter est l’un des premiers labels agricoles reconnus. Il a été introduit en 1928 par Rudolf Steiner lorsque le mouvement pour l’agriculture bio-dynamique dominait dans les années 20. La bio-dynamie met en avant les forces cosmiques à travers la production agricole ainsi que l’alchimie complète entre la nature et l’Homme. Le label Demeter  demande alors aux agriculteurs d’assainir les terres cultivées, de fournir une alimentation propre et saine et bien-sûr de bannir tout élément qui pourrait « salir » les sols.

La certification Cosmebio a été intronisée bien plus récemment. En effet, ce n’est qu’en 2002 suite à des mouvements en faveur de produits cosmétiques plus naturels et écologiques que les laboratoires spécialisés  obtiennent la création d’un label certificateur auprès du Ministère de l’industrie. C’est sous le mix « cosmétique écologique et biologique » que naît le label Cosmebio. Il milite en faveur d’une cosmétique plus naturelle, basée sur des produits issus de l’agriculture biologique et l’éviction d’éléments d’origine animale dans la fabrication.

La certification Max Havelaar provient d’un label international délivré par une branche de la FLO, la Fairtrade Labelling Organizations International. Cette association réunit toutes les fédérations mondiales militantes en faveur du commerce équitable. Elle détermine les conditions d’obtentions du label à l’international. Son objectif principal est de soutenir les producteurs contre les multinationales qui ont industrialisé les productions agricoles. Elle œuvre ainsi en mettant en relation les fabricants avec les producteurs. En concertation avec les producteurs, Max Havelaar définit un prix minimum d’achat pour chaque matière première en tenant compte du plusieurs critères. Pour le reste, elle demande l’adoption d’une agriculture écologique conforme aux règles imposées par l’Agriculture Biologique. C’est la raison pour laquelle la plupart des produits issus du commerce équitable sont également labellisés bio.

Made in France / Fabriqué en France : Faire figurer l’origine d’un produit est une démarche facultative et volontaire dans les pays européens, à l’exception de certains produits pour lesquels cela est obligatoire (viande bovine, fruits et légumes ou encore poisson). Cependant, certaines entreprises décident d’apposer la mention « Made in France » ou bien « Fabriqué en France » sur d’autres catégories de produits. Elles considèrent alors que cela contribue à une meilleure information du consommateur ou bien à la valorisation d’un savoir-faire. Les produits en question doivent alors correspondre à la définition du Made in France, conformément à l’article 39 du Code des douanes communautaire. Si c’est le cas, les entreprises peuvent alors faire apparaître sur leurs produits une mention évoquant une fabrication française (« Fabriqué en France », « Made in France », « Produit français »). L'entreprise devra bien-sûr pouvoir la justifier. 

Les entreprises dont les produits ne contenant pas de blé, orge, seigle, avoine et ceux issus de ces 4 céréales mais ayant été traités pour qu’en soit retiré le gluten peuvent faire apparaitre sur leurs produits la mention « sans gluten » lorsqu’ils possèdent une teneur en gluten inférieur à 20 ppm.

Le logo sans gluten représentant un épi de maïs barré au sein d’un cercle permet de reconnaitre les produits certifiés sans gluten (certification délivrée par l’association française des intolérants au gluten – AFDIAG - et soumise à un cahier des charges strict).

Bio solidaire est, en France, le label pour les partenariats de proximité entre transformateurs et producteurs. L’objectif est d’apporter des garanties aux producteurs et aux entreprises. Il s’agit d’un engagement réciproque sur des prix minimums, des volumes et une durabilité du partenariat d’au moins 3 ans entre ces deux acteurs. Ce label, créé en 2009, garantie ainsi aux consommateurs la production biologique et équitable de produits agricoles.

 

Vegan : Les produits portant le label Vegan Society sont des produits garantis comme étant végétaliens, c’est-à-dire dont la composition ne comprend aucun ingrédient d’origine animale et non testés sur les animaux. Ce label est attribué par The Vegan Society conformément à un cahier des charges qui garantit des produits purement végétaux. Cependant, ce label seul ne garantit pas de l’existence d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

 

MSC, Pêche durable : Le programme établi par l’organisation Marine Stewarship Council (MSC) est le seul internationalement reconnu comme compétent pour l’attribution de certifications et pour l’écolabélisation des produits de la mer. Les pêcheries ayant reçu ce label ont su prouver que leur activité de pêche était durable. Elles sont évaluées selon des critères établis par l’organisation et ont donc répondu favorablement à l’ensemble de ces critères. Ainsi, ne peuvent pas être labélisées, entre autres, les pêcheries qui ciblent les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les mammifères, mais également celles utilisant des pratiques de pêche destructrices de l’environnement (poison ou explosifs par exemple). MSC s’intéresse également à des critères plus sociaux tel que le travail forcé puisque ne sont pas éligibles celles qui ont été poursuivies pour travail forcé durant les deux dernières années. Aujourd’hui, selon l’organisation, 258 pêcheries ont été certifiées comme étant durable.

Etes vous sur de vouloir supprimer la liste ?